Blog

10 Idéaux pour une Cuisine Ecologique

I. Légumes de saison, locaux et issu d’agriculture ‘bio’ On connait tous ce trio classique. Ce n’est qu’une partie d’une alimentation ‘durable’.

II. Repas ‘végétaux’. Il n’est pas nécessaire d’être végétarien pour manger des repas nourrissants et sans viande (que ce soit régulièrement ou à l’occasion). C’est une vraie compétence de savoir composer un repas équilibré à base du règne végétale.

III. Commerce équitable et gratitude pour les produits ‘exotiques’. J’aime ajouter le concept de gratitude et conscience de l’époque extraordinaire dans lequel on vit, où on a un accès tellement facile aux produits exotiques. Aucun autre époque dans le passé ou le futur ne connaitra ce luxe …

IV. Plantes sauvages et mauvaises herbes comestibles. Ce sont les aliments ‘locaux, bio, et de saison’ par excellence! Et ils sont gratuits ! Apprendre à identifier et consommer ces plantes, dense en vitamines et « phyto-bénéfices » !

V. Réduire le gaspillage alimentaire

  • Recycler les restes pour un nouveau repas, upcycling du pain sec, du lait cru tourné ou caillé et plus encore.
  • Apprendre des “principes” à la place des recettes. Plus besoin d’aller au magasin si on manque d’un ingrédient. Connaitre (ou rechercher) des substituts – échanger une autre céréale/légumineuse/légume/huile/fruit sec, ce qui peut même parfois améliorer la recette originale !
  • Planification des menu – réduire les aller-retours au magasin (et réduire les tentations d’achats superflus) Voici un point qui n’est pas mon fort – je préfère improviser que planifier ! :-)
  • Compostage – si on n’a pas d’animaux (poules, etc) à qui donner nos déchets alimentaires, le compostage complète un cycle de vie vers la terre. Nous savons que notre nourriture ne provient pas du frigo et ne finit pas dans notre poubelle. Passer de la connaissance à l’acte est toute une autre étape.

VI. Techniques de conservation qui demandent moins de carburant fossile, telle que celles basées sur la fermentation. La lacto-fermentation, par exemple, est en plus la seule méthode de conservation qui augmente la valeur nutritive des aliments !

  • Aliments fermentés (le levain, yaourt naturel, les légumes lacto-fermentés (choucroute, kim chi, …), etc.)
  • Boissons fermentées (kombucha, kéfir, kvas, vin, etc.)
  • D’autres techniques de conservation anciennes qui demandes moins de carburant (au sel, vinaigre …)

VII. Techniques de cuisson qui utilisent moins de carburant fossile

  • Cuisiner au four demande plus d’énergie que sur la cuisinière
  • ‘Passive boiling’
  • Une source de carburant pour plusieurs étages de cuisson (la couscoussière)
  • Marmite norvégienne, four solaire

VIII. Matériaux utilisés en cuisine pauvre en énergie grise et “Made in Dignity”

  • Matériaux “nobles”
  • Deuxième main
  • Le plastique recyclé

VIII. Réduire le gaspillage non-alimentaire : Éviter les déchets des emballages, le ‘jetable’ (l’usage unique)

IX. Moins c’est plus, l’Ayurvéda et les saveurs. Globalement, on a tendance à trop manger. En partie parce que l’industrie alimentaire produit des aliments ‘vides’ de nutriments (et qui nous laissent sur notre faim). Et en partie, sans doute, également pour compenser le déséquilibre que génère notre mode de vie effréné.

Je ne prétends ni qu’il n’y a qu’une raison, ni qu’il y a qu’une seule solution, mais l’Ayurvéda propose une philosophie intéressante (parmi beaucoup d’autres); peu importe la quantité, si notre repas comprend les 5 saveurs sucré, salé, amère, acide et piquant, nous serons satisfaits et aurons moins d’envies (de manger encore).

X. Cuisiner pour la joie et le plaisir, moins de culpabilité et de stress – L’éco-perfection n’est pas le but.

  • Attitude – Il ne s’agit pas de faire des erreurs, seulement d’expérimenter un autre moment sur le chemin de sa vie. Si vous vous culpabilisez à cause de votre empreinte écologique ou vous mettez la pression à essayer d’intégrer toutes ces idées en une fois, arrêtez et respirer. Faites un pas à la fois et dirigez-vous vers une nouvelle perspective. Retrouver la joie des petits changements, une étape à la fois. Célébrez chaque étape ! La pression sur soi ou sur d’autres ne fera qu’augmenter la résistance. Rendez le processus ludique (et délicieux !) et un changement durable viendra d’une manière plus naturel et de manière plus agréable.
  • Le goût – Un plaisir pour la bouche, miam!
  • Le visuel – Un plaisir pour les yeux, woaw!
  • Cuisiner et/ou manger en bonne compagnie, partager le plaisir.

J’ajouterai des explications, recettes et détails au fur et mesure. Je vous remercie pour votre patience !

Posted by danielleinmons on 7 janvier 2015 in Non classé